Russie – Chine ou Chine – Russie : le nouvel ordre (économique) mondial ?

C’est la question que l’on peut se poser après le fiasco du dernier G7…
9635441 image

Vladimir Poutine et Xi Jinping jouent l’unité face au “babillage” du G7 [Sergei Guneyev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP – Keystone]

Alors que le sommet du G7 a été torpillé par Donald Trump à la toute fin de la réunion, les dirigeants russe et chinois Vladimir Poutine et Xi Jinping ont eux affiché dimanche leur unité et loué l’expansion de leur bloc asiatique.

Source : Vladimir Poutine et Xi Jinping jouent l’unité face au “babillage” du G7 – rts.ch – Monde
Cette photo de Valdimir Poutine et Xi Jinping contraste largement avec celle qui restera probablement la photo du sommet du G7 à Charlevoix :

Photo prise le deuxième jour du sommet des G-7 meeting à Charlevoix, Canada.(Steffen Seibert/Ministère allemand de l’information).
Comme l’indique le Washington Post :

« Il y a eu des centaines, sinon des milliers, de photos prises au sommet du Groupe des Sept à Québec ce week-end, un rassemblement de deux jours de dirigeants d’États membres pour discuter de tout, des changements climatiques à la politique commerciale internationale.

Mais l’une d’entre elle en particulier s’est distinguée après sa publication samedi et a ricoché autour d’Internet pour sa composition surréaliste.
Sur la photo, la chancelière allemande Angela Merkel se tient derrière une longue et étroite table, les deux mains pressées fermement dans sa surface au sommet de certains documents qui sont inclinés dans tous les sens. Avec une expression aussi neutre que possible, elle regarde directement le président Trump, qui est assis de l’autre côté de la ligne de partage. »(Traduit avec www.DeepL.com/Translator)

Source : The G-7 summit, summed up in one photo | Washington Post

Sur l’interprétation de l’attitude de Donald Trump, l’avis de Damian Paletta et Anne Gearan, toujours du Washington Post :

« Il n’a pas reculé, ni émoussé ses critiques, et malgré les références aux prénoms “Angela” et “Justin”, Trump a peu fait pour masquer sa méfiance à l’égard du modèle international de consensus sur les affaires mondiales que représente le G-7.
… Trump s’était plaint aux assistants avant la réunion qu’il ne voulait pas assister aux conférences des autres leaders, et il a réfléchi à l’idée d’envoyer le vice-président Pence à sa place.
Il est arrivé à la réunion en retard et est parti tôt, tenant une conférence de presse en solo le samedi matin où il a donné l’ultimatum commercial et a dit que la taille de l’économie américaine signifie que les autres nations ne peuvent pas gagner une guerre commerciale. » (Traduit avec www.DeepL.com/Translator)

Source : Trump removes U.S. from G-7 joint statement over escalating feud with Canada’s Trudeau | Washington Post
Plus largement que la posture photographique de Donald Trump, l’analyse sur le fiasco de la conférence par Jennifer Rubin, chroniqueuse du Washington Post apportant une perspective de centre-droite (titre de son blog : Right Turn) :

« Après le comportement atroce et irrationnel du président Trump qui a conduit au sommet du Groupe des Sept, la désintégration de l’ordre mondial libéral en place depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la possibilité d’une grave crise internationale ne semblent plus difficiles à imaginer. Le président, insensible à l’histoire, ignorant des faits et guidé par des flagorneurs, n’a pas été forcé de s’attaquer au monde réel ni d’entendre des points de vue qui ne coïncident pas avec sa vision du monde tordue, dans laquelle les alliés nous arnaquent et les hommes forts agressifs doivent être admirés et accommodés. » (Traduit avec www.DeepL.com/Translator)

Source : After Trump’s G-7 summit fiasco, be afraid | Washington Post
Pour Jennifer Rubin,

« Trump a démontré une fois de plus qu’il est erratique et indigne de confiance – avec ses propres alliés ! Le contraste entre sa relation antagoniste avec les alliés démocratiques et le fait qu’il n’a jamais dit un seul mauvais mot à propos de la Russie défie toute explication, à moins que l’on accepte la théorie selon laquelle il est endetté d’une manière ou d’une autre envers le président russe Vladimir Poutine, dont la campagne pour interférer dans les élections américaines a aidé à faire atterrir Trump à la Maison-Blanche. » (Traduit avec www.DeepL.com/Translator)

De toutes les façons possibles, il n’y a pas de raison de se réjouir pour l’Europe et le Japon. Et la photo de ce sommet symbolisera peut-être la fin de l’ordre mondial établit après deux guerres mondiales.

Trump et l’art de négocier | Radio-Canada.ca

Les 16 premiers mois de sa présidence à la Maison-Blanche n’ont pas mis en évidence les talents de négociateur de Donald Trump. Par contre, l’art de défaire, il sait le faire pour Radio-Canada.

« Trump a été incapable de négocier avec le Congrès l’abolition et le remplacement d’Obamacare. Impossible aussi, pour lui, de convaincre le Mexique de payer son mur à la frontière. Et il n’a toujours pas pu conclure une entente pour le renouvellement de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).
Faute d’en arriver à des ententes, Donald Trump a démontré qu’il sait comment les défaire. Il a sorti les États-Unis des accords de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique, de l’accord avec l’Iran sur le nucléaire et de l’entente transpacifique sur le libre-échange. »

Source : Trump et l’art de négocier | Donald Trump, président des États-Unis | ICI.Radio-Canada.ca

Première rencontre historique entre les deux Corées.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in ont entamé vendredi leur sommet, après une poignée de main hautement symbolique sur la ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule. “Je suis heureux de vous rencontrer”, a lancé Moon Jae-in à son homologue. Celui-ci a alors franchi la frontière, devenant le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la guerre de Corée. “De manière inattendue, Kim a ensuite demandé à Moon de traverser la ligne de démarcation pour venir du côté nord”, raconte jeudi matin le Korea Times. Les deux dirigeants se sont ensuite rendus à pied côté sud, où est organisé le sommet. L’arsenal atomique nord-coréen figure en bonne place du menu de leur rencontre.
En raison des différentes rodomontades plutôt pitoyables entre Kim Jon-un et Donald Trump (c’est moi qui est la plus grosse), j’ai l’impression que nous avons de la peine de mesurer tout ce que ce moment a d’historique. C’est un des moments les plus improbables qui puisse exister de rapprochement entre deux pays. C’est probablement avec la Chute du Mur de Berlin, la poignée de mains entre Menahem Begin et Anouar el-Sadat Sadate et les Premiers pas de l’homme sur la lune le moment historique le plus fort que j’ai rencontré durant mon existence. Quelque soit la suite de ces négociations,

Comment la gauche s’est embourgeoisée

Dans “Pourquoi les riches votent à gauche”, l’essayiste américain Thomas Frank analyse comment le Parti démocrate a délaissé les classes populaires au profit de populations aisées et cultivées. Un réquisitoire qui pourrait aussi bien s’appliquer à la social-démocratie française.
La défaite spectaculaire d’Hillary Clinton face à Donald Trump à la présidentielle américaine de 2016, conjuguée à la percée inopinée du challenger “socialiste” (le mot fait frémir les Yankees) Bernie Sanders à la primaire démocrate, auraient pu être l’occasion d’une autocritique radicale pour le Parti démocrate. Au lieu de cela, elles n’ont suscité que les imprécations outrées de la candidate déchue contre les fake news russes (une plainte a d’ailleurs été déposée le 20 avril par le Comité national démocrate), la misogynie des hommes et les pulsions racistes du bas-peuple, ce “panier de gens pitoyables” (sic).
A méditer et même plus…
— À lire sur abonnes.lesinrocks.com/2018/04/23/livres/comment-la-gauche-sest-embourgeoisee-111074963/
Référence : Pourquoi les riches votent à gauche, de Thomas Frank, préface de Serge Halimi, éd. Agone, 456 p., 25€

Le « passe culture » : révolution ou retour à l’ancien monde ?

Dans un article pour « The Conversation », Jean Caune, Professeur émérite en sciences de la communication, Université Grenoble Alpes, met en perspective le dispositif du passe culture présenté par Françoise Nyssen comme la mesure phare de sa politique culturelle.
Concernant le dispositif proposé par Françoise Nyssen, l’accès aux biens culturels sera opéré par le biais d’une application géo-localisée téléchargeable par tous, il deviendrait le premier réseau social culturel, et serait le dispositif amiral de la lutte contre les inégalités culturelles.
Jean Caune souligne que

« Les questions que la ministre de la culture met en débat, dans le cadre du comité d’orientation du passe culture, se focalisent sur les types d’offres disponibles et la place accordée aux plates-formes numériques. La question centrale devient celle de savoir si des produits culturels comme, par exemple, Star Wars, entrent dans le cadre des propositions de l’application. »

Pour Jean Caune, « la perspective du « passe culture » ignore la question de la relation de l’objet culturel au récepteur. Sa philosophie implicite se fonde sur des logiques de produit. L’usager du service culturel s’est transformé en cible. L’action marketing a fait place à l’action culturelle. »
Pour Caune, les rapports entre les formes artistiques et les pratiques culturelles doivent être problématisés.
Il note que

« Entre les années 60 et 80, les débats sur la culture se développaient, le plus souvent, à partir des oppositions entre culture dominante et culture dominée. À la fin des années 80, la question se déplace avec la thématique de la fracture sociale et culturelle. L’ambition de la transformation sociale et politique a été balayée, à la fois par un réalisme s’accommodant des inégalités culturelles et par un renoncement du politique à transformer le monde. La rupture de la relation entre avant-garde politique et avant-garde artistique qui date de la fin des années 70, tout comme l’usure de la thématique et de l’idéologie de la révolution dans les années 80, sont les marques de cette « fatigue de l’âme » qui renonce à penser l’articulation entre art et politique. »

Il termine en exprimant la nécessité d’un devoir de culture.

« En plus de cinquante ans, la réflexion des sociologues de la culture, les pratiques des professionnels de la culture (artistes, diffuseurs, animateurs ou médiateurs), l’action des militants de l’action culturelle et de l’éducation populaire ont patiemment et difficilement tenté de montrer que le « devoir de culture » du politique était un impératif catégorique pour lutter contre la fracture sociale et l’exclusion. »

Il s’agit de prendre en compte une série de questions essentielles :
Quel sens partagé les formes artistiques mises en culture peuvent-elles proposer ? Comment, dans le cadre de politiques publiques, les droits culturels peuvent-ils se construire ? Dans quels dispositifs d’expression et de réception, les pratiques culturelles, dans leur diversité, peuvent-elles participer à la maîtrise du langage, au développement du sens critique, à la construction du Vivre ensemble ?
Ces questions permettent de guider et d’évaluer l’action de politiques culturelles véritablement émancipatrices et s’inscrivant dans une vision d’un développement d’une culture réellement démocratique.
Lire l’article : Le « passe culture » : révolution ou retour à l’ancien monde ?

L’équipage misérable de #Trump n’a jamais été aussi desepéré | The Washington Post

Cette semaine a permis de comprendre à quel point Trump et ses courtisans sont devenus désespérés dans leur défense d’une administration indéfendable. Le président a fait la promotion d’une émission de Fox News sur Twitter qui mettait en vedette un flot continu de flagorneurs qui calomniaient Robert S. Muller III.
Mueller, qui a dirigé un peloton de fusiliers marins au Vietnam, s’est vu décerner une étoile de bronze, deux citations de la Marine, un Purple Heart et la Croix vietnamienne de bravoure. Après avoir reçu une balle dans la jambe, le jeune diplômé de Princeton a continué à mener ses troupes au combat. Plus tard, il a continué son service au Vietnam, même après qu’on lui ait donné l’occasion de rentrer chez lui.
Une telle bravoure et un tel dévouement envers les États-Unis n’auraient jamais pu être démontrés sur le champ de bataille par l’équipage misérable qui s’est aligné pour attaquer le conseiller spécial.

Source : Trump’s miserable crew has never been so desperate – The Washington Post

Quand la police tape sur les étudiants

Les actes violents contre les protestations d’étudiants se multiplient. Des agressions qui ne sont pas nouvelles. Mais sont-elles en train de se banaliser ?
Dans la nuit du 22 mars, des étudiant·e·s de l’université de Montpellier ont été violemment agressé·e·s alors qu’il·elle·s occupaient un amphithéâtre, par une milice fasciste agissant avec le soutien, au moins verbal, du doyen de l’université. Cette brutalité n’est pas isolée : à Toulouse, à Bordeaux, à Strasbourg, plusieurs mobilisations étudiantes ont connu des tentatives de répressions, parfois dans la violence. Certes, les acteurs de ces violences ne sont pas les mêmes. Mais la question de fond reste identique. Taper sur les étudiants, un sport que l’on pratique depuis longtemps…
— À lire sur actuelmoyenage.wordpress.com/2018/03/29/quand-la-police-tape-sur-les-etudiants/

Suisse: Avions de combat: fronde du PLR et du PDC | 24heures.ch

Guy Parmelin devra faire face à une fronde PDC-PLR.

Guy Parmelin devra faire face à une fronde PDC-PLR. Image: Keystone

Sus à la politique de défense aérienne de Guy Parmelin. En effet, après les critiques du parti socialiste, une fronde contre les plans du ministre vaudois de la Défense serait cette fois ouverte par le PDC et le PLR, indique ce lundi La Liberté. et comme le répercute l’article de 24 Heures (Suisse: Avions de combat: fronde du PLR et du PDC – Suisse – 24heures.ch).
L’article illustre bien la nervosité qui traverse à la fois les partis de droite et du Département militaire fédéral concernant l’achat de nouveaux avions militaires. L’ombre de l’échec en votation populaire du Gripen en 2014 explique cette nervosité.
En effet, nous trouvons les élus, PLR et UDC, qui veulent dissocier l’achat des avions de combat et celui du nouveau système de défense sol-air (DSA) et en faire deux volets distincts. Ces deux partis craignent un refus de l’ensemble de ce paquet en votation populaire au détriment du système de défense sol-air.
Du côté des militaires, c’est justement pour faire passer la pilule de la facture des nouveaux avions de combat qui explique la volonté de lier les deux volets. Car selon eux, le peuple pourrait être tenté, une fois le système de défense sol-air acquis, de repousser encore l’achat des avions.
Cependant, avant d’en arriver au Parlement, il ne serait pas inutile de prendre en compte sérieusement les raisons de l’échec en votation populaire de l’achat des Gripen. Or, dans ce domaine, comment est-il raisonnable de penser, en reprenant quasiment le même cahier des charges que celui ayant conduit au choix des Gripen, que la population sera mieux disposée à l’égard de ce nouvel achat ? Qui plus est en chargeant le bateau en faisant grimper la facture à 8 milliards avec le système de défense sol-air ?
Source : Suisse: Avions de combat: fronde du PLR et du PDC – Suisse – 24heures.ch

La vie rêvée des sociétés

Dans un livre paru en 2010 et traduit récemment en français sous le titre Utopies réelles, Erik Olin Wright, tente de redéfinir la question du changement social au XXIe siècle. Son projet vise à réarmer scientifiquement la critique après l’échec du socialisme réel et d’apporter une réponse à la chute du mur de Berlin, fruit de 20 ans de réflexions muries depuis le camp du post-marxisme et du marxisme analytique.
Aux yeux de Wright, une condition essentielle du changement social est la construction, ici et maintenant, d’utopies en acte qui, en donnant à voir leur efficacité, contribuent à réarmer le camp des radicaux, trop souvent déprimés par l’échec de leurs mobilisations.
La vie des idées en propose un compte-rendu fort intéressant. Ce dernier s’intéresse notamment aux pages consacrées par Wright à l’analyse des conditions sociales de réussite de 4 utopies qui lui paraissent particulièrement prometteuses : Wikipedia, le budget participatif de Porto Alegre, le revenu universel et les coopératives de travailleurs (et en particulier la plus célèbre d’entre elles, celle de Mondragon au Pays basque). Il voit dans ces expériences le ferment d’un autre modèle économique et social, où les principales décisions sont prises collectivement plutôt que par le marché à des fins d’accroissement de la rentabilité. Wright veut en effet inverser la tendance d’un contrôle de l’économie sur les principales décisions politiques et sociales, la société pouvant regagner du pouvoir via ces différents mécanismes. Ces dispositifs de renforcement du pouvoir d’agir social représentent pour Wright une forme radicale d’empowerment [Voir Carole Biewener, Marie-Hélène Bacqué, L’empowerment. Une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013.]. Tout l’enjeu des développements qu’il consacre à ces expériences est de déterminer si celles-ci sont désirables, viables et faisables.
Le compte-rendu : La vie rêvée des sociétés | La vie des idées.
L’ouvrage : Erik Olin Wright, Utopies réelles, trad. V. Farnea et J. A. Peschanski, Paris, La Découverte, 2017, 624 p., 28 €.

Alabama: Trump mis à l'épreuve après un cinglant revers électoral

USA Today n’y va pas avec le dos de la cuillère (et ce n’est généralement pas son genre):

«Un président qui traite pratiquement la sénatrice Kisten Gillibrand de pute n’est même pas digne de nettoyer les toilettes de la bibliothèque présidentielle d’Obama ou de cirer les chaussures de George W. Bush».

Source : http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201712/13/01-5146941-alabama-trump-mis-a-lepreuve-apres-un-cinglant-revers-electoral.php