Chambres fédérales : Cesla Amarelle mène le bal sur l'Europe | La Liberté (16.01.2016)

Deux jours après la désignation de Cesla Amarelle par le Parti socialiste vaudois, le journal La Liberté, dans son édition de ce lundi,consacré un article à la première année de législature des Chambres fédérales et s'interroge sur le glissement à droite du Parlement. Parmi les parlementaires fédéraux déterminants dans la construction d'alliance, Cesla Amarelle se distingue concernant le dossier de l'immigration.
L'introduction en première page du dossier :

Les partis bourgeois ont la majorité au parlement fédéral, mais restent divisés sur plusieurs dossiers
Un glissement à droite tout relatif
BILAN Les groupes UDC et PLR disposent de la majorité absolue au Conseil national, depuis les dernières élections du 18 octobre 2015. Qualifié de «séisme», ce basculement ne se reflète pourtant pas systématiquement dans l’élaboration des lois.
CLIVAGE L’examen de quatre dossiers importants – la fiscalité des entreprises, l’énergie, les retraites et l’immigration – tempère les réalités arithmétiques. Les partis bourgeois se retrouvent souvent opposés les uns aux autres, nouant des alliances avec la gauche.
PORTRAITS Des parlementaires jouent un rôle déterminant pour former des alliances entre partis. Cesla Amarelle, Konrad Graber, Jean-François Steiert et Jacques Bourgeois se sont ainsi distingués pour leur activisme sur ces quatre dossiers emblématiques.

L'encadré en page 3 : CESLA AMARELLE MÈNE LE BAL SUR L’EUROPE

En tant que rapporteuse de la Commission des institutions politiques, la socialiste vaudoise a mené les discussions du Conseil national sur la révision de la loi sur les étrangers qui a introduit une forme de préférence indigène «light». Tout au long des débats, elle a fait usage de ses compétences de professeure de droit pour se livrer à un cours de droit constitutionnel à l’intention de l’UDC qui critiquait cette forme de mise en oeuvre de son initiative contre l’immigration de masse. Son argument: les initiants n’ont pas le monopole de l’interprétation; il convient de se livrer à une approche d’ensemble de la Constitution tenant compte de la concordance entre les différents articles. CIM


Keystone
La preuve par l'acte de sa capacité à construire des compromis dynamiques avec la droite.
Source : La Liberte

14 janvier – Le triomphe des militant-e-s socialistes vaudois

Quel beau samedi après-midi à Clarens ! Cesla Amarelle a été désignée au premier tour et à 58% des voix par les délégués du Congrès du Parti socialiste vaudois.

Voici le ticket de l'alliance rose-verte #vd2017 photo: ARC via @PascalWassmer
Voici le ticket de l’alliance rose-verte #vd2017 photo: ARC via @PascalWassmer

Je n’avais jamais assisté à un Congrès d’une telle ampleur sur sol vaudois avec ses presque 500 délégués et à une telle manifestation de vitalité de notre parti.
Jeudi passé, un article du journal 24Heures donnait un aperçu qui se voulait moins rassembleur de la campagne interne :

Comme l’ont été Pierre-Yves Maillard en 2004 puis Nuria Gorrite en 2012, Cesla Amarelle se profile comme la candidate naturelle des socialistes. Or, la partie s’annonce plus compliquée que prévu. L’Yverdonnoise pourrait ne pas être choisie samedi lors du congrès d’investiture. Des manœuvres agitent les hautes sphères du parti. A bas bruit, elles semblent viser davantage à contrer Cesla Amarelle qu’à promouvoir une autre personnalité. Ce constat découle d’observations d’élus de gauche comme de droite. http://www.24heures.ch/vaud-regions/roses-hesitent-presenter-vraie-star/story/29172365

Les militant-e-s de ce parti dont je suis fier ont donné une toute autre image de l’engagement et des valeurs socialistes qui consistent à faire campagne pour et non contre quelqu’un. Que ceux qui n’ont pas respecté ces principes aient été désavoués est une excellente chose pour notre parti et la campagne qui s’annonce. Le résultat est net et sans bavure. Il honore la candidate, notre parti et nos militant-e-s.
Je salue les trois candidates à la candidature. J’ai eu le privilège d’assister à trois de leurs prestations devant les camarades des sections ou régionales. Toutes trois ont donné une excellente image du parti par leurs talents respectifs, leur attitudes respectueuses l’une envers l’autre et leur fairplay.
Tant Fabienne que Roxanne peuvent être fières d’elles-mêmes. Chères Fabienne et Roxanne ne prenez surtout pas votre résultat de samedi comme un désaveu de votre personne, de vos convictions ou de votre travail. Un immense merci pour votre engagement au service de notre parti et des citoyens de ce canton. Je me réjouis de chaque occasion future de vous côtoyer et plus particulièrement dans la campagne qui s’annonce.
Que rien ne soit venu déstabiliser Cesla Amarelle durant ces trois mois de campagne interne, qu’elle ait su garder une attitude positive et souriante ainsi qu’un discours clair et motivant donne un bon aperçu de la valeur de notre candidate et de sa stature de femme d’Etat.
Chapeau et respect, chère Cesla. Avec toi, le ticket socialiste et vert a fière allure. Il est motivant et mobilisateur pour tous nos militant-e-s. Ce ne sera que du bonheur que de faire campagne à tes côtés ainsi qu’aux côtés de Nuria, Pierre-Yves et Béatrice.
Depuis hier, j’en suis désormais convaincu : la campagne certes sera difficile, mais elle sera belle et couronnée de succès.

François Fillon ou les leçons des primaires ou des premiers tours

Alors qu’Alain Juppé faisait figure de favori avant le premier tour des primaires, l’œil fixé sur le second tour de la présidentielle, François Fillon a bousculé le scénario écrit et ceci dès le premier tour. Leçon de primaire ou de premier tour.
Depuis sa désignation de dimanche dernier, les journalistes politiques s’intéressent à la composition de électeurs de François Fillon. Ainsi,la composition du corps électoral de cette primaire des Républicains laisse entrevoir des surreprésentations que certains jugent préoccupantes. En effet, lors de ce deuxième tour de la primaire (dimanche 27 novembre), se sont surmobilisées dans les bureaux de vote les hommes (60%, +12 points par rapport à la population nationale), les personnes âgées de 65 ans et plus (41%, +17 points), les retraités (45%, +17 points), les classes moyennes et supérieures (26%, +3 points). Peut-on dès lors gloser sur le fait que les gens qui touchent déjà leur retraite (notamment les 65 ans et plus) se sont montrés favorables à un candidat qui veut repousser l’âge de la retraite? «C’était le suffrage des gens qui sont, socialement, à l’aise et à droite pour schématiser», glisse encore Jean-Daniel Lévy dans 24Heures (01.12.2016).
Est-ce grave docteur pour François Fillon ? Peut-être à en croire certains analystes. Dans le même temps, cette composition de l’électorat est proche de celle qui a élu Nicolas Sarkozy en 2007. Pour rappel, Nicolas Sarkozy l’avait emporté face à Ségolène Royal grâce au vote des plus de 60 ans. Ceux-ci étaient certainement et également surreprésentés lors de ce scrutin (https://www.politis.ch/carnets/2007/05/07/les-jeunes-avec-segolene-royal/).
Plus largement, la leçon de cette primaire et celle des premiers tours d’une élection majoritaire reste qu’il importe dans un premier temps de réunir et mobiliser son électorat de gauche ou de droite autour de sa candidature ou de son candidat pour un parti avant de se préoccuper d’aller à la pêche au centre.

Une leçon à méditer pour la gauche française (http://www.slate.fr/story/130193/renoncement-hollande-acte-dechirures-gauche) comme pour le Parti socialiste vaudois ces prochaines semaines.

Elisabeth Badinter: «La burqa procure un sentiment de jouissance» | LeMatin.ch

Quand on s’invite chez la philosophe Elisabeth Badinter pour parler du port de la burqa, elle répond: «Je vous attends de pied ferme.» Depuis la première polémique en France sur le voile à l’école en 1989, la défenseuse de l’égalité et de la laïcité n’a jamais baissé pavillon. Il y a quatre ans, elle signait dans la presse une petite chronique incendiaire à l’adresse des femmes qui portent volontairement la burqa: «Sommes-nous à ce point méprisables et impurs à vos yeux pour que vous nous refusiez tout contact…?» Un texte qui fait encore le buzz aujourd’hui en France où malgré les lois, rien n’est réglé. Extrait de l’interview du Matin.
Image: Sébastien Anex

Vous insistez sur le fait que le vêtement crée une inégalité entre les hommes et les femmes. C’est pour cela que ça énerve tant la féministe que vous êtes?
C’est la raison qui m’a fait monter au créneau quand on a vu les premières burqas en Afghanistan, en effet. La femme est immédiatement désignée comme la source du péché de l’homme: cache ton visage pour ne pas me provoquer! C’est totalement inégal. Cela me fait penser à l’interdiction de la prostitution: les femmes deviennent responsables du péché des hommes. Il n’y a plus du tout d’équilibre entre les sexes. C’est la rupture absolue du chemin vers l’égalité auquel, nous, dans notre culture, nous tendons.

Si vous êtes aussi virulente dans ce combat contre la burqa, est-ce parce qu’il est au carrefour de deux de vos convictions: l’égalité entre hommes et femmes et la laïcité?
Parfaitement. Je double ma virulence.
Lequel de ces deux combats vous tient-il le plus à cœur?
Question difficile. La laïcité, je crois. Enfin: je trouve que le combat pour les femmes a bien avancé en trente ans. Il y a encore à faire, mais j’ai confiance. On va vers le mieux. Tandis qu’avec la laïcité, on va vers le pire. Je crois que les deux sont liés. Il faut une société laïque pour que les femmes puissent conquérir toutes leurs libertés et l’égalité avec les hommes. C’est peut-être parce que ce combat pour la laïcité me semble, je ne vais pas vous dire perdu, mais en grand danger que je suis si en colère sur cette affaire. Et tout ça, en plus, et ça me déchire, avec la participation active de la gauche, voire de l’extrême gauche.

L’interview intégral : Elisabeth Badinter: «La burqa procure un sentiment de jouissance» | LeMatin.ch
Image : Sébastien Anex

14.08.2016 : Complément la position de Pierre-Yves Maillard relativement à l’initiative de l’UDC sur l’interdiction de la burqa. Une position que je partage :

Je ne serai pas de ceux qui combattront cette initiative. Le Parlement ferait d’ailleurs mieux de régler la question et d’éviter ainsi une votation dont le résultat ne fait pas beaucoup de doute. Au-delà de cette question quand même anecdotique se joue autre chose. La gauche se voit sou vent comme une alternative à notre société. La droite, elle aussi, ne la défend plus. Elle la critique comme trop sociale et veut plus de marché, moins de protection. Il ne reste pas grand monde pour défendre nos sociétés telles qu’elles sont aujourd’hui. Quand elles ne sont pas attaquées, ce n’est pas trop grave. Mais, quand c’est le cas, il faut que les grandes forces s’unissent pour défendre l’essentiel. Or il y a une partie de la population qui peut témoigner que notre société mérite d’être défendue contre le retour en arrière. Ce sont les femmes. Il faut interroger nos mères ou nos grands-mères sur l’interdiction de porter le pantalon, d’aller à la même école que les garçons, de faire des études, de signer un contrat, de voter… Elles ont connu ça! Il y a beaucoup de choses bien qui ont été faites dans nos démocraties. A commencer par les libertés des femmes et des corps. Alors ne transigeons pas trop avec ça. Ces conquêtes sont fragiles, car rien n’est mieux toléré que l’oppression des femmes. Si ce qu’elles subissent dans certains pays touchait des groupes de population mixtes, l’ONU et les meilleures consciences du monde se seraient déjà soulevées…

http://www.lematindimanche.ch/read/ch.lematindimanche.ipad.LMD201…rai-pas-de-ceux-qui-combattront-l-initiative-antiburqa-652113926

Le château de La Tour-de-Peilz fera peau neuve

La rénovation de l’édifice classé abritant le Musée suisse du jeu a fait l’objet d’un concours d’architecture. Le voile a été levé sur le projet lauréat du concours d’architecture visant à la rénovation du château qui abrite, depuis 1987, le Musée suisse du jeu.
C’est le projet intitulé  «Nick Cave» de l’atelier fribourgeois Aviolat Chaperon Escobar qui a été primé par le jury parmi les 37 projets déposés dans les délais.

chateau
Une image de synthèse de la façade côté lac du château, dont les abords seront passablement réaménagés.

Le reportage de Couleurs locales (TSR) :

Celui de La Télé :

La suite des opérations consistera pour la commune à déposer un crédit d’étude (juin/septembre 2016), puis un crédit de construction/rénovation en 2017 pour des travaux débutant à fin 2017 et prenant fin en 2019. Le projet est devisé à 8 millions de francs.
De son côté, la Fondation du Musée suisse du Jeu devra trouver le financement (3 millions de francs) pour réaliser les nouveaux aménagements intérieurs et la nouvelle exposition permanente.

Numéro spécial de Vigousse en faveur de la liberté de la presse : participation de La Tour-de-Peilz


Stéphane Babey, gauche, rédacteur en chef de Vigousse, et Gérard Tschopp, droite, Président de Reporters sans frontieres Suisse, posent pour l’édition spéciale. [Cyril Zingaro – Keystone]
Pour marquer les 25 ans en 2016 de Reporters sans frontières (RSF) Suisse, le magazine satirique Vigousse sort un numéro spécial, encarté dans le Matin Dimanche du 10 janvier.
“Il s’agit d’un projet assez particulier, unique à notre connaissance, entre Vigousse et RSF”, a déclaré Gérard Tschopp, président de RSF Suisse vendredi devant la presse à Lausanne. Il débouche sur un numéro spécial de l’hebdomadaire satirique.
L’organisation crée à cette occasion un fonds de soutien aux journalistes en danger.
A noter que sollicitée, ainsi que d’autres communes, la Municipalité de La Tour-de-Peilz a décidé l’année passée d’apporter un soutien financier symbolique à ce numéro spécial.
Source : Numéro spécial de Vigousse en faveur de la liberté de la presse – rts.ch – Suisse

Le canton de Vaud classé comme lieu à visiter par le New York Times


Le canton de Vaud figure en bonne place dans la liste des villes ou régions à visiter établie chaque année par le New York Times. Il s’agit de la seule destination suisse classée parmi une cinquantaine de destinations.
Le New York Times a publié jeudi sur son site la liste des 52 lieux ou régions à visiter en 2016. Le canton de Vaud, photo de Lavaux à l’appui, se classe au 25ème rang.
La Riviera vaudoise (Vevey-Montreux) y est pour beaucoup puisque leNew York Times justifie ce classement avec l’ouverture de différents musées durant l’année et plus particulièrement l’ouverture du Chaplin’s World (et de l’hôtel Modern Times Hotel ) ce printemps à Corsier, et de l’Alimentarium entièrement rénové en juin à Vevey.
La stratégie de soutien du canton et des communes de la Riviera au projet du Chaplin’s World récolte donc déjà ses premiers fruits avant même son ouverture. Un grand merci dont aux dix conseils communaux qui avaient accepté le principe du cautionnement du prêt cantonal.
Le clip de promotion du canton de Vaud :

Source : Le canton de Vaud classé comme lieu à visiter par le New York Times – rts.ch – Vaud

Politique suisse : poids des lobbys, politique des copains-coquins

Deux informations de ce jour de la RTS éclairent la même manière de faire de la politique et plus que des accointances malsaines entre les milieux politiques (PLR et UDC) et les lobbys économiques. Il est plus que temps que certaines pratiques changent.
Le nouveau système de défense anti-aérienne au cœur d’une polémique – rts.ch – Suisse

Fournisseur potentiel, l’entreprise française Thales a été chargée d’évaluer les offres des constructeurs en lice pour la réalisation du bouclier anti-aérien BODLUV 2020.En temps normal, c’est l’Office fédéral de l’armement Armasuisse qui commande les devis et qui les analyse. Or, pour ce système de missiles, la centrale d’achat de l’armée manquait de personnel et de temps. Elle a donc externalisé l’évaluation en la confiant à Thales, qui fournit elle-même un tel système de défense anti-aérienne.

Source : Le nouveau système de défense anti-aérienne au coeur d’une polémique – rts.ch – Suisse
Pierre-Yves Maillard veut rogner l’influence des assureurs maladie – rts.ch – Suisse

Le conseiller d’Etat vaudois en charge de la santé Pierre-Yves Maillard prône le lancement d’une initiative pour limiter l’influence des assureurs maladie au Parlement.
“Il ne doit plus y avoir de politiciens liés à l’argent des caisses”, souligne-t-il dans le journal alémanique Blick. Les caisses ont “un énorme pouvoir” aux Chambres, critique-t-il.
[…]Et Pierre-Yves Maillard de citer le conseiller national Ignazio Cassis (PLR/TI), président du groupe libéral-radical au Parlement, de la commission de la santé publique du National et de la faîtière des assureurs Curafutura.
Pareilles combines ne sont tout bonnement plus acceptables, martèle l’élu socialiste, rappelant que les directeurs de La Poste, de la SSR et de Swisscom sont exclus du Parlement.

Source : Pierre-Yves Maillard veut rogner l’influence des assureurs maladie – rts.ch – Suisse
A la fin du 19e siècle, Conrad Cramer-Frei, présidait le Vorort (Economie Suisse), siégeait au Parlement national (conseil national, puis conseil des États), intervenait pour réviser le tarif douanier, était mandaté, via le Vorort, pour le rédiger, puis présidait la commission chargée de l’adopter…
En effet, il est plus que temps que certaines pratiques changent.

Suisse : Jour noir pour les coûts de la santé

Suite au vote du Conseil national ce vendredi, les cantons ne pourront plus geler les admissions de nouveaux médecins dès l’été 2016. Le conseiller d’Etat genevois Mauro Poggia et la gauche crient au scandale.

«Le ministre vaudois de la santé Pierre-Yves Maillard dénonce une opération menée par les assureurs, visant à contrôler le système de santé et par là à priver l’assuré du libre choix de son médecin. Pour le socialiste, les Vaudois et Genevois qui ont voté la fin du moratoire sont personnellement responsables de la hausse du coût des primes. «Les médecins étaient pour ce moratoire et tous les cantons aussi», s’insurge Pierre-Yves Maillard survolté. «Les seuls qui voulaient en finir étaient les assureurs. Le PLR et l’UDC leur obéissent au doigt et à l’œil. C’est pour moi le vote le plus scandaleux de ma carrière politique!»
Car le score était serré: le verdict est tombé par 97 voix contre 96 et une abstention, celle de la députée PLR vaudoise d’Isabelle Moret. Le soutien du Conseil des Etats (31 voix contre 13) n’a pas suffi à sauver le projet qui aurait permis, selon ses partisans, de lutter contre une offre médicale trop dense et faire face à l’afflux de praticiens étrangers.»

Source : «C’est un jour noir pour les coûts de la santé» – Le Temps