Trump Fans the Flames of a Racial Fire – The New York Times | Verbatim

Article du New-York Times à la suite des tweets racistes de Donald Trump :

“In many ways, this is the most insidious kind of racial demagoguery,” said Douglas A. Blackmon, the author of “Slavery by Another Name,” a Pulitzer Prize-winning history of racial servitude in America between the Civil War and World War II. “The president has moved beyond invoking the obvious racial slanders of 50 years ago — clichés like black neighborhoods ‘on fire’ — and is now invoking the white supremacist mentality of the early 1900s, when anyone who looked ‘not white’ could be labeled as unwelcome in America.”

— À lire sur www.nytimes.com/2019/07/14/us/politics/trump-twitter-race.html

Justice pour Tsípras – Libération

Perdant 4% des suffrages par rapport à 2015, la presse généralement parle faussement de déroute pour Tsípras. Pour certains à gauche, il aurait “trahi”, Laurent Joffrin leur répond :

Héritant d’une situation calamiteuse, Tsípras, en fait, n’avait le choix qu’entre deux mauvaises solutions, avec ou sans l’Europe. Il a choisi la moins mauvaise à ses yeux. Etait-ce trahir que de faire la part du feu ? Ceux qui l’affirment doivent expliquer, pour convaincre, comment un pays en faillite, massivement endetté, peut éviter de passer par une phase d’austérité. On peut même avancer que ce qui est en cause, c’est l’irréalisme des promesses faites par la gauche radicale avant la victoire, qui se sont fracassées sur le mur des réalités, et non les décisions prises une fois au pouvoir, que Tsípras a courageusement décidé d’assumer, sachant qu’elles seraient par nature impopulaires et rendraient sa réélection difficile. Traître ou homme d’Etat ? Telle est la vraie question, et non l’éternel procès intenté depuis toujours par la gauche radicale à la gauche de gouvernement, au nom d’une politique en fait inexistante.

— À lire sur www.liberation.fr/politiques/2019/07/08/justice-pour-tsipras_1738709

La semaine où la droite a perdu ses derniers oripeaux | Le Monde

Pour les militants de Les Républicains (LR), Nicolas Sarkozy, « Sarko », était la dernière idole, celui qui, en 2007, avait réussi à faire vibrer toutes les cordes de son camp sur les décombres du chiraquisme. Mardi 18 juin (date des plus symboliques en France), le renvoi de Nicolas Sarkozy devant le tribunal correctionnel pour corruption faire boire à ces militants le calice jusqu’à la lie. Pour le plus grand profit d’Emmanuel Macron.

En effet, dans le même temps et à l’occasion d’un colloque organisé, les 20 et 21 juin, pour célébrer le cinquantième anniversaire de l’élection de Georges Pompidou, Emmanuel Macron captait son héritage. Depuis l’Elysée, le président rendait hommage au président des « trente glorieuses », voyant en lui l’incarnation d’« une modernité de conquête » capable de « penser à la fois vieille France et nouvelle France ».

Enfin, cette même semaine, Brigitte Macron prenait, grâce à Bernadette Chirac, la présidence de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France qui collecte les pièces jaunes au profit des enfants hospitalisés.

La boucle est-elle bouclée ? Pour Le Monde, la réponse est OUI.

Source : La semaine où la droite a perdu ses derniers oripeaux | Le Monde

Kamala Harris : un lancement de campagne digne d’Obama

Une foule imposante de 20 000 personnes a assisté hier à Oakland au lancement officiel de la campagne présidentielle de Kamala Harris, sénatrice de Californie, dont l’entrée en scène a éclipsé à plusieurs égards celle de tous les candidats et candidates démocrates ayant manifesté depuis le début de l’année leur intention de briguer la Maison-Blanche…

— À lire sur richardhetu.com/2019/01/28/la-photo-du-jour-22/

Kamala Harris : «For the People» | Le blogue de Richard Hétu

C’est exactement le slogan que Kamala Harris a dévoilé ce matin dans cette vidéo où elle annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2020.

Dans son autobiographie, intitulée The Truths We Hold : An American Journey, Kamala Harris évoque «la nervosité, l’excitation et l’adrénaline qui se bousculaient dans [son] esprit» lors de son tout premier procès en tant que procureure du comté d’Alameda, dont Oakland est le siège. «J’étais consciente de l’immense responsabilité que j’avais – le devoir de…
— À lire sur richardhetu.com/2019/01/21/kamala-harris-for-the-people/

Royaume-Uni. Brexit. Le coup de poker manqué de Theresa May | Courrier international

La Première ministre britannique a proposé d’emblée un projet de divorce qu’elle savait incompatible avec les attentes européennes. Avec la déroute de Salzbourg, elle en paie désormais les conséquences, estime The Guardianopposé au Brexit.

« La fin de non-recevoir infligée au plan dit de Chequers par le président du Conseil européen était un coup dur prévisible et qui aurait donc pu être évité. C’est un camouflet pour la Première ministre, qui a mis en jeu sa réputation en voulant parvenir à un accord définitif avec l’Union européenne selon les règles qu’elle avait elle-même fixées cet été.
Le plan de Chequers était un pari très risqué : le résultat de mois de négociations internes désagréables sur lesquelles, selon Theresa May, il serait impossible de revenir parce que toute autre solution aboutirait forcément à un “no-deal” avec des conséquences catastrophiques. Ce coup de bluff a été déjoué par le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui a asséné que le plan de Chequers “ne marchera pas.”»

Source : Royaume-Uni. Brexit. Le coup de poker manqué de Theresa May | Courrier international

Bob Woodward : Je crois en notre pays. Et parce que vous êtes notre président, je vous souhaite bonne chance

Bob Woodward, respecté journaliste y compris par Trump qui l’avait loué relativement à son livre précédent consacré aux guerres de Barack Obama, sort le 11 septembre prochain un livre sur la présidence de Trump. Il est intitulé Fear: Trump in the White House. (Peur : Trump à la Maison Blanche).
Il faut noter que Bob Woodward a réalisé cet exercice avec plusieurs présidents américains tant républicains que démocrates sans jamais les ménager. Il en a été ainsi avec son livre paru en 2011 sur les guerres de Barack Obama.
Avant la parution de cet ouvrage, Donald Trump a téléphoné à Bob Woodward pour tenter d’infléchir le journaliste. Bob Woodward, avec l’accord du président, a enregistré cet entretien que le Washington Post a publié sur son site. Je vous invite à le consulter notamment pour l’attitude à la fois ferme et éminemment respecteuse avec laquelle Bob Woodward s’adresse à Donald Trump. C’est tout simplement remarquable :
https://www.washingtonpost.com/video/politics/exclusive-listen-to-trumps-conversation-with-bob-woodward/2018/09/04/6de5355c-b053-11e8-8b53-50116768e499_video.html?utm_term=.fecdb76522e9
Remarquable jusqu’à la prise de congé finale :

  • Donald Trump : Ce qui est juste c’est que personne n’a fait un meilleur travail que moi en tant que président.
  • Bob Woodward : Je crois en notre pays. Et parce que vous êtes notre président, je vous souhaite bonne chance.

L’entrée en matière où Bob Woodward demande l’autorisation à Donald Trump d’enregistrer la conversation démontre aussi le très grand professionnalisme du journaliste et aussi la fiabilité de son travail.

Une loi qui dit la vérité sur Israël – Bon pour la tête

La nouvelle loi adoptée à une courte majorité par le Parlement israélien le 18 juillet est «d’une portée historique» selon le Premier ministre Netanyahou. Elle réduit encore les droits des Arabes établis dans le pays (un cinquième de la population) et renforce l’appui aux colonies en Cisjordanie occupée. Des protestations internationales s’élèvent. Mollement. Mais c’est en Israël même que ce texte suscite les plus vives réactions. Avec infosperber, Bon pour la tête a publié l’article du grand journaliste Gideon Levy, de Haaretz. Extrait.

La Knesset s’apprête à promulguer l’une de ses lois les plus importantes, et la plus en phase avec la réalité. La loi de l’Etat-nation précisera le terme vague de nationalisme israélien, ainsi que la nature du sionisme actuel. Elle va également mettre fin à la vaste plaisanterie qui voudrait qu’Israël soit «juif et démocratique». Une combinaison qui n’a jamais existé et ne l’aurait jamais pu, à cause de la contradiction entre les deux valeurs qui ne peuvent être liées sans mentir.
Si l’Etat est juif, il ne peut pas être démocratique, puisqu’il ne considère pas l’égalité des droits entre les citoyens. S’il est démocratique, il ne peut pas être juif, puisqu’une vraie démocratie ne peut pas prévoir des privilèges basés sur l’appartenance ethnique. Du coup, la Knesset a tranché: Israël est juif. Israël s’autoproclame Etat-nation du peuple juif – pas l’Etat de ses citoyens, ni l’Etat des deux peuples qui y vivent – et a, de fait, cessé d’être une démocratie égalitaire, pas seulement en pratique, mais également en théorie. C’est pourquoi cette loi est si importante. Il s’agit d’une loi sincère.
Le tumulte qui s’est élevé autour du projet de loi avait pour but d’entretenir la politique d’ambiguïté nationale. Le président et le procureur général, prétendus gardiens de la décence, ont protesté et ont reçu le soutien des libéraux. Le Président s’est écrié que cette loi représenterait «une arme dans la main des ennemis d’Israël» et le procureur général a mis en garde contre ses «répercutions internationales» (…)
Leur opposition était basée surtout sur la crainte de voir Israël ridiculisé aux yeux du monde. Cependant, le président Reuven Rivlin s’est élevé d’une voix forte et courageuse contre la clause qui autorise  désormais les communes à examiner les résidents et leur attitude à l’égard du régime avant d’autoriser leur admission. Mais la plupart des libéraux étaient simplement horrifiés à l’idée de voir la réalité explicitement formulée dans la loi.

Gideon Levy, né en 1953 à Tel-Aviv, est un journaliste et écrivain israélien, membre de la direction du quotidien Haaretz.
Source et lire la suite : Une loi qui dit la vérité sur Israël – Bon pour la tête

Une poursuite menace le fonctionnement de la National Rifle Association | ICI.Radio-Canada.ca

Voilà une nouvelle estivale réjouissante! Et félicitations au gouverneur Andrew Cuomo pour son initiative.

La National Rifle Association (NRA), le lobby américain des armes à feu, dit être aux prises avec de graves problèmes financiers qui menacent la capacité du groupe à défendre les intérêts de ses membres à la suite de gestes posés par le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, et les agences de réglementation de l’État.
Dans une version amendée d’une poursuite fédérale intentée en mai, la NRA affirme avoir perdu ses services d’assurance en raison des démarches effectuées par l’État de New York auprès des entreprises soutenant un programme d’assurance propre à la NRA intitulé Carry Guard.
Cette police d’assurance vise à rembourser les coûts juridiques que doivent payer les membres de la NRA après avoir utilisé une arme possédée légalement.
En mai, l’État de New York a jugé que Carry Guard « offrait illégalement une protection juridique aux propriétaires d’armes à feu pour des méfaits commis intentionnellement ».
Les assureurs travaillant en partenariat avec la NRA ont par la suite accepté de cesser d’offrir cette police et ont dû payer une amende de 7 millions de dollars américains.

Source : Une poursuite menace le fonctionnement de la National Rifle Association | ICI.Radio-Canada.ca

Sommet Trump-Kim : Quel avenir pour l’économie nord-coréenne en cas de dénucléarisation ?

Alors que Donald Trump tourne le dos aux alliés européens traditionnels et au Japon des Etats-Unis, le sommet de Singapour confirme probablement le virage chinois et asiatique de la politique commerciale américaine. Comme l’indique David Frum, ancienne plume de G. W. Bush dans un éditorial pour le magazine The Atlantic, si le président « brutalise ses alliés et amis traditionnels, il s’aplatit devant les adversaires et les dictateurs ». Les perspectives économiques offertes par la croissance nord-coréenne offrent un début d’explication à ce revirement. La puissance de l’économie chinoise également. Il s’agirait bien là d’un redéploiement américain en direction de l’Asie du Nord-Est.
Dans son édition matinale, le Courrier international permet de dresser les contours de enjeux économique du sommet de Singapour à travers la presse chinoise, sud-coréenne et japonaise.
Ainsi, la Corée du Nord est moteur pour la croissance de l’Asie du Nord-Est. Elle s’est d’ores et déjà engagée dans une transformation de son économie planifiée, s’inspirant des exemples de la Chine ou du Vietnam, vers une économie de marché, affirme un expert chinois dans une analyse publiée par le quotidien Huanqiu Shibao.
D’ores et déjà, la Corée du Nord présente la plus forte croissance de l’Asie du Nord-Est. La croissance de la Corée du Nord a été de 3,9 % en 2016, selon le quotidien économique Nihon Keizai Shimbun, soit quatre fois plus qu’au Japon. La même année, les échanges commerciaux avec la Chine, son premier partenaire commercial, étaient chiffrés à 6,056 milliards de dollars, devant la Russie, en deuxième position, à 769 millions, et l’Inde, 589 (Nihon Keizai Shimbun).
Reste à savoir qui paiera la facture de la dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne. Fidèle à son habitude, Donald Trump compte faire payer la facture aux autres. Ici, la Corée du Sud et la Chine. Il rencontrera probablement plus de succès ici qu’avec son mur avec le Mexique.
Source : Réveil Courrier: Sommet Trump-Kim Quel avenir pour l’économie nord-coréenne en cas de dénucléarisation ?