E-démocratie et comportement des internautes

Au retour de mes vacances, un message m’attendait sagement dans ma boîte de courrier électronique. Une étudiante de l’université de Genève m’interpellait:

Je suis étudiante à l’Université de Genève et dans le cadre de mon travail sur l’e-démocratie, je dois, entre autre, analyser le comportement des internautes lors des discussions sur les forums, les blogs etc.
N’ayant pas la possibilité de savoir le nombre de messages offensifs ou bien hors sujet, surtout sur les discussion politiques, je me permets de vous demander si vous pouvez m’aider soit avec les statistiques que vous pouvez avoir sur le pourcentage des messages effacés par vous sur ce site, soit avec un avis personnel.

Je publie donc ce billet puisque la démarche concerne ce site avec les informations que je lui ai fournies. Cependant, ces informations sont fort partielles puisqu’elles ne concernent que mon site et en publiant ce billet j’incite les lecteurs-blogueurs de ce blog à répondre aussi aux interrogations de cette étudiante soit en postant un commentaire faisant part de leur expérience relativement à leur blog, soit en publiant à leur tour un billet comparable sur le leur en ajoutant un trackback vers ce billet. De la sorte, cette étudiante disposera d’un panel de réponses plus intéressantes.
Tout d’abord, et en préambule, je préciserai peut-être que les commentaires de mon blog sont modérés, c’est-à-dire que les commentaires des nouveaux visiteurs ne sont pas publiés automatiquement. Cependant, une fois qu’une personne a eu un de ses commentaires approuvés, ses commentaires sont ensuite directement publiés. La raison principale de cette façon de faire réside dans le nombre important de spams arrivant sous forme de commentaires. Depuis avril 2005, je peux en estimer le nombre à près de 50’000 tournant évidement essentiellement sur le renvoi vers des sites pornos ou de vente de produits de type viagra ainsi que des sites lançant le téléchargement d’exécutables pour windows comportant des virus. C’est de cette forme d’agression que mon site aurait le plus à souffrir si je ne modérais pas les commentaires.
Cependant, je pense que le fait que les commentaires ne soient pas directement publiés joue un rôle “préventif” au même titre du fait que les commentaires ne puissent pas être anonymes. Donc, une fois les spams filtrés automatiquement par un programme interne, je n’ai, à mon avis, que peu de messages que vous qualifiez d’offensif (quoiqu’il me manque la définition de ce que vous qualifiez d’offensif). Actuellement, j’ai publié 429 articles/billets et j’ai validé 500 commentaires. Les commentaires non validés de ma part sont quasi inexistants. J’ai le souvenir d’avoir modéré un commentaire en supprimant des passages, car je les considérais comme diffamatoires et je l’ai indiqué comme tel lors de sa publication (c’est ici : https://www.politis.ch/carnets/2007/04/03/une-compostiere/). Récemment, j’ai finalement considéré que les commentaires d’un supporter d’Hillary Clinton s’apparentaient plus à du spam qu’à de véritables commentaires (mais j’ai d’abord publié ses premiers commentaires). Reste certainement le cas de 2/3 autres commentaires non signés ou hors de propos avec le billet publié.
Comment puis-je alors expliquer la quasi absence de messages offensifs sur mon blog? Quelques modestes pistes:

  • comme indiqué précédemment la modération a priori et non a posteriori joue sûrement un rôle non négligeable;
  • les lecteurs de blogs politiques lisent avant tout les blogs partageant des opinions semblables, comparables aux leurs;
  • les lecteurs de blogs politiques laissent peu de commentaires en général et sont peu familiarisés avec la philosophie du commentaire et des blogs : à ce sujet, les commentaires sur mon blog sont avant tout le fait d’autres blogueurs et pas forcément de blogueurs politiques;
  • c’est un nombre extrêmement limité de blogs qui recueille énormément de commentaires… et ce blog n’en fait pas partie;
  • certains sites ou blogs permettant le dépôt de commentaires servent de réceptacle privilégié aux messages que je qualifierai d’offensif et, dans le paysage romand actuel, ce serait plutôt le site du journal Le Matin qui jouerait ce rôle en raison de la politique rédactionnel tant du journal qu’en raison de sa politique de modération des commentaires postés sur son site (voir à ce sujet: Le Matin : un hôpital qui se fout de la charité ! ainsi que Le blog politique de Fabien Fivaz: Commentaires à caractère raciste sur le site du Matin (II)).

Pour prolonger votre réflexion, je vous renvoie encore sur des articles récents qui apportent des éclairages sur la pratiques larges et pas forcément limitées aux blogs politiques des commentaires sur les blogs ou sites le permettant :
La participation en ligne ? 0,075% des lecteurs ! – novövision

“Le site Rue89 joue la vérité des chiffres, et c’est tout à son honneur. Il a laissé un étudiant en statistiques analyser en profondeur ses statistiques d’utilisateurs et surtout, ce qui est bien plus rare, celles des commentateurs. On trouve dans les résultats de cette recherche une confirmation, mais aussi une surprise, qui bat en brèche le fantasme du web-agora, expression de la démocratie directe. On savait déjà que moins de 1% des lecteurs d’un site font des commentaires (pour Rue89, c’est 0,75%). La surprise c’est que 80% des commentaires sont postés par seulement 10% des commentateurs, soit au final : 0,075% des lecteurs ! Au delà de la réalité de l’« enjeu participatif », qui semble largement fantasmé, la question de la représentativité d’une « commentosphère » à la surface aussi réduite se pose aussi…” 

Une des dernières polémiques française autour des blogs influents (où on trouve de beaux exemple de messages offensifs) : Versac c’est fini et Ce que Versac m’a appris.
Pour résumer aussi ma pensée concernant les messages qui seraient soit offensifs, soit hors-sujet, voici les éléments qui entrent en ligne de compte lorsque je modère les commentaires sur mes blogs:

  • je dois pouvoir identifier le commentateur (nom, adresse email, voire l’adresse de son site/blog) de manière superficielle (le cas échéant je vois comment les choses évoluent comme dans le cas de ce supporter d’Hillary Clinton);
  • le commentaire doit se référer d’une certaine manière à l’article publié (le doute profitant dans un premier temps et dans tous les cas au commentateur);
  • j’ai la responsabilité éditoriale de ce blog et des commentaire qui sont publiés; si j’estime que le commentaire contrevient au cadre légal (diffamation, commentaires racistes, …) je ne publie pas le commentaire ou une partie de celui-ci et j’indique alors pourquoi.

Il incombe maintenant aux lecteurs-blogueurs de ce blog de poursuivre la discussion… d’avance merci.

12 commentaires sur “E-démocratie et comportement des internautes

  1. Intéressant de constater qu’un simple plugin (Akismet) a quasiment sauvé les blogs. Une bonne partie des blogs dont les auteurs ont un temps limité auraient certainement laissé tomber leurs commentaires sans cela et la blogosphère aurait perdu de son intérêt.
    Bien que n’étant pas un blogueur politique, je plussoie sur la quasi-totalité des points de l’article. J’ajouterais qu’un autre élément de la blogosphère politique m’amuse, il s’agit des blogs de journalistes à la Jean-Michel Apathie. Ceux-ci ressemblent généralement plus à un site de journal qui aurait ouvert ses commentaires comme le Matin. Peu de discussions, des fils de commentaires qui partent aux fraises et tournent à la bataille rangée.

  2. Quand je disais que les commentateurs de ce blog étaient avant tout d’autres blogueurs et pas forcément des blogueurs politiques… merci Mirko d’en faire immédiatement la démostration 😉
    Le lien vers le blog de Jean-Michel Apathie : http://blogs.rtl.fr/aphatie/ que j’ai bien été obligé d’aller voir au moins une fois après ce commentaire.
    Effectivement, c’est assez révélateur. Dans son dernier billet, Jean-Michel Apathie revient avant ses vacances (mais il a l’air d’y être déjà) sur sa “saison” à RTL. Il parle notamment de N.S. et de sa recherche d’un pacte de sincérité avec ses lecteurs (!!!).
    Premier commentaire:
    “Pour les anti-sarko.
    Grand bien leur fasse.”

    Effectivement, même si le billet d’Apathie est, à mon avis, d’un vide réflexif et informatif sidéral, ce premier commentaire n’a que peu de rapport avec le billet.
    Le 527 et dernier commentaire (avant leur fermeture par le webmaster) date du 15 juillet et vaut son pesant d’or:
    “Salut tout le monde … il y a deux petites choses qui ont retenu mon attention aujourd’hui … Le désengagement du Labo Roche sur la recherche contre le sida … pas rentable … les autres labos suivront … à ne pas en douter … les actionnaires sont gourmands …. et puis le sida … zavaient qu’à pas… on est puni par où on pêche …
    Ensuite, ce “fait divers” : cette femme de 62 ans ,je crois, qui a étranglé son fils handicapé … quand on sait ce que c’est ,et je crois savoir , d’avoir à charge quelqu’un qui n’a plus aucune autonomie , sans être soulagée ou si peu, ,faute de moyens,sans espoir, on peut comprendre qu’on en arrive à de telles extrémités …pourtant ,l’amour maternel, l’amour filial ,ça soulève des montagnes, oui, mais pas tttt”
    .
    C’est ici la stratégie du coucou de la part de ce commentateur. Vous le savez le coucou est connu pour être un oiseau qui vide de leurs oeufs les nids d’un autre oiseau pour y placer ceux de sa progéniture, puis qui s’en va laissant l’autre oiseau couver à sa place.
    Le plus cocasse, c’est le message qui a été mis à la fin du billet de Jean-Michel Apathie par le webmaster et donc après 527 messages qui n’ont pas du tout été modérés:
    MESSAGE DU WEBMASTER : En attendant le retour de Jean-Michel Aphatie, les commentaires sur le blog sont fermés.
    Le billet complet : Le pacte, c’est la sincérité 11/07

  3. On est obligé de commenter? Soit!
    Pour dire autre chose, je souhaite mettre en avant un fait souvent négligé: le système de commentaires n’est pas du vraiment adapté à des discussions et des échanges. Cela va tant que l’on est 2 ou 3 à commenter mais ensuite, cela lance plusieurs discussions en parallèles. Malheureusement, la majorité des blogs proposent un système de commentaires qui les publient tous à la suite, sans regroupement par discussion.
    Résultat: quand quelqu’un répond à un autre commentaire, on ne sait plus du quel il s’agit. Et quand, en plus, il y a déjà des dizaines de commentaires, on ne les lis pas et on ajoute un nième commentaire qui ne sera que peu lu.
    Je vais souvent sur le site du Libé et du Figaro juste pour ces commentaires stéréotypés qui sont bien loin d’un échange et d’une nouvelle démocratie.
    Les blogs politiques ne changent pas vraiment là-dedans sauf que moins de monde on quelque chose à dire sur certains sujets politiques surtout comparé à une possible éviction de Domenech ou à une nouvelle montre de Sarko

  4. @Caleb :
    a) merci pour ses précisions fort pertinentes sur les limites des modules de commentaires sur les blogs relativement au développement d’un débat
    b) qu’en est-il sur ton blog concernant des commentaires agressifs ou hors sujets. As-tu dû supprimer/modérer certains commentaires? Dans quelle proportion?
    D’avance merci.

  5. b): Comme toi, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un problème. Le plus gros problème d’un blog est le spam (enfin c’est le second, le premier c’est le temps pour rédiger).
    Je procède comme toi (filtre a priori puis commentaire libre à tout commentateur agréé une fois). J’ai très peu de commentaires en général et je ne me souviens pas avoir eu besoin de censurer un commentaire.
    Cela peut tenir aussi du contenu des messages. Notre manière d’écrire peut appeler ou non les commentaires. Je ne crois pas être systématiquement caricatural ni demander explicitement à mes quelques lecteurs leur avis. Cela explique sans doute le peu de commentaire.
    Pour les commentaires agressifs, je ne vois pas qui pourrait vraiment me reprocher ma maigre action politique au point d’en faire une fixation.

  6. Pour moi, “modération” et “problèmes” rencontrés idem que vous autres (sauf que je n’utilise pas Askimet qui refuse obstinément de fonctionner, mais Bad Behavior). Il m’est arrivé de sucrer quelques commentaires… par inattention, en raison du changement d’interface de la dernière version de WP 🙁
    Les commentaires “insultants”, c’est sur usenet que je les reçois, ou plutôt que je les ai reçus vu que je fréquente de moins en moins cet espace de communication dinausorien.
    Pour son travail, je suggère à cette étudiante de prendre contact avec la personne de la RSR qui s’occupait du site monelection.ch. J’ai en effet pu constater qu’ils faisaient parfois le ménage de la manière forte.

  7. Bonjour,
    Je suis l’auteur d’un des billets cité dans votre article (Le Matin : un hôpital qui se fout de la charité ! ) et je profite de signaler en passant qu’on peut mieux comprendre l’histoire des commentaires sur le site du Matin avec mon dernier article sur le sujet ( http://pikereplik.unblog.fr/2008/08/23/commentaires-du-matin-v-la-reponse-de-la-redaction/ ).
    Je trouve votre petit article éclairant. En effet, il est possible, en ayant une attitude claire, d’éviter le plus possible les excès et abus dans les commentaires sur son blog personnel. Par contre, on remarque qu’un site comme Le Matin qui génère des centaines de commentaires tous les jours doit penser à inscrire une ligne au budget pour effectuer ce travail ! Je leur ai un peu “cassé les pieds” sur cette question, car je pense qu’en tant que site de presse le plus lu (je crois), ils ne peuvent pas se permettre de donner un exemple vraiment négligent…
    Et si l’étudiante citée le souhaite, je pourrais lui envoyer un document Word contenant les plus de 500 commentaires suivant l’article sur les Roms, parmi lesquels des appels à la violence et au meurtre. Disons que si elle souhaite un exemple édifiant réel, il n’est pas trop mauvais….
    J’ai eu du plaisir à lire plusieurs articles de votre blog…. Bonne continuation !
    Dani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code