Le FN en 144 engagements, et 140 signes

Cet article de The Conversation détaille la manière de faire de la communication politique par l’intermédiaire de twitter. S’il s’agit ici de l’exemple du Front National, une partie des éléments est plus général sur la manière d’utiliser le réseau social.

«En effet, la communication numérique orchestrée sur ces comptes montre bien que Twitter est un relais quasi exhaustif de la prise de parole médiatique lors de campagnes : les interviews, réactions, etc. sont « live-tweetées » par les community managers des candidats, sur le compte officiel de la personnalité, ou celui du parti.

On est bien loin de la caricature de la réduction de la pensée en 140 signes, que l’on peut entendre de manière récurrente…»

Concernant plus particulièrement l’analyse de la démarche du Front national en la matière – analyse que l’auteur compte faire également pour les autres partis et candidats concernant la présidentielle – celui-ci relève que

«À partir de ce petit corpus, nous pouvons donc examiner la mise en œuvre de la communication du FN autour des propositions de sa candidate : à travers des émissions médiatiques de forte audience, et le relais des séquences les plus fortes sur les réseaux sociaux, les figures emblématiques mettent en musique la partition gérable proposée dans les propositions : « sûreté », « fierté », « liberté », « prospérité », etc., sont mis en discours de manière plus ou moins spécifique (à travers la monnaie par exemple), contextuelle (en lien avec les événements de Bobigny), personnalisée (la question de la jeunesse par Marion Maréchal Le Pen), mais toujours avec une forte cohérence.»

Enfin, la campagne actuelle menée par le Front national est inquitétante par l’efficacité du message ainsi développé actuellement par ce parti :

«Loin de réduire la pensée, la communication sur les médias sociaux, sur Twitter en particulier, est d’une grande force et efficacité. Ne pas en tenir compte, c’est s’exposer à des effets de « bulles » médiatiques et ne pas mesurer l’impact de ces « données » sociales sur les processus électoraux.»

Surtout en fonction du cadre général actuel de la campagne.
Source : Le FN en 144 engagements, et 140 signes
Julien Longhi, auteur de l’article, est Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise. Il a développé Polititweets, un outil d’analyse de tweets politiques (http://ideo2017.ensea.fr/projet-polititweets/)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code