Le « passe culture » : révolution ou retour à l’ancien monde ?

Dans un article pour « The Conversation », Jean Caune, Professeur émérite en sciences de la communication, Université Grenoble Alpes, met en perspective le dispositif du passe culture présenté par Françoise Nyssen comme la mesure phare de sa politique culturelle.
Concernant le dispositif proposé par Françoise Nyssen, l’accès aux biens culturels sera opéré par le biais d’une application géo-localisée téléchargeable par tous, il deviendrait le premier réseau social culturel, et serait le dispositif amiral de la lutte contre les inégalités culturelles.
Jean Caune souligne que

« Les questions que la ministre de la culture met en débat, dans le cadre du comité d’orientation du passe culture, se focalisent sur les types d’offres disponibles et la place accordée aux plates-formes numériques. La question centrale devient celle de savoir si des produits culturels comme, par exemple, Star Wars, entrent dans le cadre des propositions de l’application. »

Pour Jean Caune, « la perspective du « passe culture » ignore la question de la relation de l’objet culturel au récepteur. Sa philosophie implicite se fonde sur des logiques de produit. L’usager du service culturel s’est transformé en cible. L’action marketing a fait place à l’action culturelle. »
Pour Caune, les rapports entre les formes artistiques et les pratiques culturelles doivent être problématisés.
Il note que

« Entre les années 60 et 80, les débats sur la culture se développaient, le plus souvent, à partir des oppositions entre culture dominante et culture dominée. À la fin des années 80, la question se déplace avec la thématique de la fracture sociale et culturelle. L’ambition de la transformation sociale et politique a été balayée, à la fois par un réalisme s’accommodant des inégalités culturelles et par un renoncement du politique à transformer le monde. La rupture de la relation entre avant-garde politique et avant-garde artistique qui date de la fin des années 70, tout comme l’usure de la thématique et de l’idéologie de la révolution dans les années 80, sont les marques de cette « fatigue de l’âme » qui renonce à penser l’articulation entre art et politique. »

Il termine en exprimant la nécessité d’un devoir de culture.

« En plus de cinquante ans, la réflexion des sociologues de la culture, les pratiques des professionnels de la culture (artistes, diffuseurs, animateurs ou médiateurs), l’action des militants de l’action culturelle et de l’éducation populaire ont patiemment et difficilement tenté de montrer que le « devoir de culture » du politique était un impératif catégorique pour lutter contre la fracture sociale et l’exclusion. »

Il s’agit de prendre en compte une série de questions essentielles :
Quel sens partagé les formes artistiques mises en culture peuvent-elles proposer ? Comment, dans le cadre de politiques publiques, les droits culturels peuvent-ils se construire ? Dans quels dispositifs d’expression et de réception, les pratiques culturelles, dans leur diversité, peuvent-elles participer à la maîtrise du langage, au développement du sens critique, à la construction du Vivre ensemble ?
Ces questions permettent de guider et d’évaluer l’action de politiques culturelles véritablement émancipatrices et s’inscrivant dans une vision d’un développement d’une culture réellement démocratique.
Lire l’article : Le « passe culture » : révolution ou retour à l’ancien monde ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code